Vous êtes ici : Le guide du travailleur indépendant > Produits & Services > Finance > Crédit professionnel auto-entrepreneur : explications et simulation

Crédit professionnel auto-entrepreneur : explications et simulation

Crédit professionnel pour auto-entrepreneur : explications et simulation

Vous êtes auto-entrepreneur et avez besoin d’un crédit professionnel pour développer votre activité ? Voici les étapes à suivre.

Le crédit professionnel permet aux entreprises de financer un investissement professionnel en empruntant de l’argent auprès d’une banque ou d’un organisme spécialisé. Comment l’obtenir ? Quelles sont les conditions à respecter ? Toutes les explications.

Définition du crédit professionnel pour auto-entrepreneur

Le crédit professionnel est une forme de financement destinée aux TPE et PME, et plus particulièrement aux artisans, commerçants, professions libérales, professions médicales, agriculteurs, associations et auto-entrepreneurs.

Ces professionnels ont des besoins qui peuvent se regrouper en trois catégories :

  • L’équipement : achat de matériel, de véhicules professionnels, etc. ;
  • L’immobilier : acquisition de locaux, réalisation de travaux de rénovation de grande ampleur ;
  • La trésorerie : financement de stock, augmentation de capital.

Le crédit professionnel est généralement souscrit en vue de financer des équipements ou d’obtenir une trésorerie supplémentaire. Pour leurs besoins immobiliers, les auto-entrepreneurs ont plutôt intérêt à privilégier le crédit immobilier dont la durée de remboursement est plus longue.

Quels sont les critères imposés par la banque pour souscrire un prêt professionnel ?

Avant de prendre sa décision, la banque analysera le dossier de l’emprunteur en se basant sur plusieurs critères :

1 - Le taux d’endettement

La règle appliquée par les banques veut qu’un emprunteur respecte la limite du taux d’endettement à 33 % des revenus. Cette limite n’est toutefois pas une obligation légale ce qui signifie qu’il est toujours possible d’y déroger en faisant valoir un dossier solide.

Dans tous les cas, le taux d’endettement a un impact sur l’acceptation ou non d’un crédit professionnel pour auto-entrepreneur.

2 - Le reste à vivre

Le reste à vivre correspond à la somme qu’il reste à l’emprunteur chaque mois après avoir payé ses mensualités. Il doit être suffisamment élevé pour pouvoir régler les dépenses du quotidien, à savoir : la nourriture, l’habillement, les transports et loisirs.

Contrairement au taux d’endettement, le reste à vivre n’est pas soumis à un taux de référence puisqu’il est amené à varier en fonction du niveau de revenus de chacun. A titre d’exemple, un couple qui perçoit 6000 euros de revenus par mois disposera d’un reste à vivre plus important qu’un célibataire avec un salaire de 1500 euros par mois.

3 - L’apport personnel

En fonction du montant de crédit souhaité, il peut être nécessaire d’avoir un apport personnel. Il s’agit d’une somme d’argent exprimée en pourcentage du montant total qui doit être injectée au crédit professionnel afin de le compléter.

La somme constituant l’apport personnel peut provenir de l’épargne ou des économies personnelles de l’emprunteur, de la revente d’un bien, d’un héritage ou bien d’une donation.

4 - Le niveau de revenus

Pour décrocher un crédit professionnel, il faut pouvoir justifier de revenus fixes et réguliers. Le fait de travailler en CDI ou dans la fonction publique représente un réel atout pour l’emprunteur. Pour les indépendants, chefs d’entreprise et professions libérales, c’est l’ancienneté qui sera prise en compte.

5 - L’âge

Légalement, il n’y a aucune limite d’âge pour souscrire un prêt professionnel. Dans les faits, il est plus difficile d’emprunter après 60 ans car l’approche de l’âge de départ à la retraite est synonyme d’une baisse de revenus. Ainsi, si vous êtes dans cette situation, il est fort probable que la banque exige des contreparties et notamment des garanties telles que l’hypothèque ou le nantissement.

6 - La situation financière

Les organismes prêteurs n’accordent pas de crédit aux personnes fichées. Pour s’assurer qu’aucun fichage n’est en cours, ils interrogent systématiquement la Banque de France.

Deux principaux types de fichage doivent être distingués : le fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP), le fichier central des chèques (FCC). Cette inscription constitue un motif de refus de financement des banques.

Par conséquent, il est conseillé de veiller à respecter l’ensemble des critères présentés avant de soumettre une demande de crédit professionnel auto-entrepreneur.

3 conseils pour décrocher la meilleure offre de crédit pro

Vous souhaitez trouver la meilleure offre de crédit professionnel pour auto-entrepreneur ? Voici quelques conseils :

1 - Faire une simulation de crédit en ligne

Avant toute chose, il est important de faire une simulation de crédit professionnel en ligne. Grâce à cette manipulation, vous pourrez évaluer le coût de l’opération et estimer le montant de votre future mensualité.

Le simulateur en ligne s’utilise simplement en remplissant un formulaire en ligne et sans engagement mis à disposition sur le site de la banque ou de l’organisme concerné.

2 - Comparer les offres

Si la simulation vous conforte dans votre choix de souscrire un crédit professionnel, il ne vous restera plus qu’à comparer les offres avec l’aide d’un outil en ligne. Concrètement, il vous suffit de renseigner quelques informations à travers un formulaire (secteur d’activité de votre entreprise, montant du chiffre d’affaires, âge, montant du prêt et durée de remboursement souhaités…) pour accéder à une liste d’offres correspondant à vos critères.

La mise en concurrence des banques et organismes de crédit est essentielle pour obtenir le taux et les conditions d’emprunt les plus avantageuses.

3 - Passer par un courtier en crédit professionnel

Vous préférez bénéficier d’un accompagnement personnalisé tout au long de la souscription ? Le courtier se charge d’entreprendre toutes les démarches à votre place ce qui vous fait gagner du temps et réaliser des économies. En effet, cet expert fait jouer son réseau de partenaires pour vous faire profiter des meilleures offres. Vous n’avez rien à perdre à solliciter ses services puisqu’il n’est rémunéré qu’après la souscription.

Ainsi, les auto-entrepreneurs qui ont besoin d’un crédit professionnel pour financer la création ou le développement de leur activité devront monter un dossier solide pour convaincre la banque. Pour mettre toutes les chances de son côté et éviter de nombreux refus, mieux vaut faire appel à un courtier expérimenté. Cela ne vous empêche de comparer les offres vous-même en recourant à un comparateur en ligne gratuit et sans engagement pour obtenir plusieurs devis qui serviront de base pour de potentielles négociations.

 
 

Comparateur de Crédit Professionnel
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : Tyy2gR

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires