Vous êtes ici : Le guide du travailleur indépendant > Créer une Micro-Entreprise > Les formalités juridiques d'un indépendant sont-elles importantes ? Faut-il se faire accompagner ?

Les formalités juridiques d'un indépendant sont-elles importantes ? Faut-il se faire accompagner ?

Les formalités juridiques d'un indépendant sont-elles importantes ? Faut-il se faire accompagner ?

Se lancer en indépendant est sans conteste une vraie aventure. C’est au moment de la création de la structure que tout devient vraiment sérieux. Car c’est à ce moment précis que la direction du projet est donnée. En effet, se lancer à son compte, cela n’est pas qu’économique. Bon nombre d’autres pans sont à prendre en compte, et notamment le volet juridique. Quelques conseils en la matière.

Qu’est-ce qu’un indépendant précisément ?

Lorsqu’on parle d’indépendant, chacun y met parfois une signification différente. Certains parlent de free-lance, d’autres d’entrepreneurs, d’autres encore parlent de personnes à leur compte. En général, quand on évoque un indépendant, on pense à une personne qui n’est pas salariée et qui est libre de déterminer ses propres horaires de travail. Les travailleurs n’ont pas de revenus réguliers comme les salariés. Ils agissent en toute autonomie et sous leur propre responsabilité. Ils travaillent souvent pour des clients différents et ne sont « intégrés » chez aucun d’entre eux. En principe, indépendant rime avec solo. Ce qui veut dire qu’on envisage les indépendants comme sans salarié.

Pourquoi devenir travailleur indépendant ?

Certaines personnes ont toujours rêvé de devenir indépendantes, d'autres commencent tout juste à se demander si et pourquoi elles devraient le devenir. Les raisons les plus évidentes qui reviennent sont souvent l’autonomie, la gestion de son temps libre et le fait de travailler sans un patron stressant. Mais il existe d'autres raisons d'exercer une activité professionnelle indépendante, et certaines d'entre elles sont très personnelles. Un argument imparable en faveur du travail indépendant est, bien sûr, de ne plus avoir à faire face à un patron de mauvaise humeur. De nombreux salariés en ont déjà fait l'expérience de la charge de travail qui peut devenir un fardeau dans de telles conditions. Mais en plus de cette motivation, il y a aussi une raison de se permettre de réfléchir à ses propres objectifs dans la vie, d'explorer ses propres valeurs, de construire quelque chose pour soi-même dont on peut être fier. Et qui amène du sens. Le contact direct avec les clients - ses propres clients - permet de voir immédiatement le résultat du travail que l’on effectue. Être indépendant, c’est choisir soi-même le travail que l’on fait et les gens avec qui on l’exerce. C’est être libre. Pour certains salariés, il arrive un moment où ils se sentent contraints par le système, avec toutes ses règles et réglementations et surtout par les horaires rigides et les consignes de leurs supérieurs : bref, par la routine quotidienne. Se lancer en indépendant, c’est aussi gérer son propre temps. Et l’équilibre entre travail, loisirs et famille entre aussi dans la balance des raisons de travailler à son compte.

L'idée de pouvoir travailler mieux et plus efficacement signifie, par exemple, ne plus être dépendant du manque de motivation des autres membres de son équipe – quand on est salarié. Travailler mieux peut également signifier consacrer plus de temps à chaque client : passer plus de temps avec lui, mieux l'écouter et répondre davantage à ses souhaits. Rencontrer peut-être davantage de personnes. Car la vie quotidienne des indépendants est loin d’être monotone. Il est rare qu'un jour soit identique à un autre, il y a toujours quelque chose qui change et auquel il faut réagir en s’adaptant. Cela peut être épuisant par moments - mais on ne s'ennuie jamais. Autrement dit, créer sa propre entreprise offre la possibilité d’une nouvelle perspective professionnelle !

Travailleur indépendant : quel statut juridique ?

Quel statut juridique choisir quand on veut se lancer « à son compte » ? Sois vous pouvez opter pour la micro-entreprise, soit pour l’entreprise.

Micro-entreprise

La création d’une micro-entreprise comprend bien des avantages, car les démarches à réaliser ne sont pas importantes. Pour la plupart, elles peuvent se réaliser en ligne. Si vous vous décidez pour le statut d’auto-entrepreneur vous profiterez d’une franchise de base de TVA, ce qui pourra vous permettre de fixer des prix bas et concurrentiels. Bien sûr, à l’inverse, vous devrez respecter un plafond de chiffre d’affaires, ce qui pourrait vous limiter dans votre développement. Ce qui n’est pas à négliger non plus, c’est qu’en cas de pépin financier, vous n’être pas à l’abri puisque votre patrimoine personnel n’est pas protégé. C’est pour cela que le statut juridique de micro-entrepreneur est sans doute à réserver à ceux qui veulent créer une petite entité et la tester économiquement.

Entreprise

Pour ceux qui voudraient se développer plus rapidement, ou qui ont plus de certitudes par rapport au développement de leur projet : il existe la solution d’une création d’entreprise. Puisqu’indépendant dit se lancer seul, vous avez la possibilité de créer une entreprise individuelle comme une EURL ou une SASU. En choisissant une société à responsabilité limitée comme une EURL ou SASU, votre patrimoine personnel est protégé. Dans ce cas, les formalités administratives et juridiques sont plus importantes que pour la création d’une micro-entreprise. En matière de gestion, l’implication de l’entrepreneur est aussi plus importante : car vous avez davantage d’obligations.

Se faire accompagner par un professionnel, juriste ou avocat

Et si au moment de la création, vous vous faisiez accompagner par un juriste ou un avocat ? Vous pensiez plutôt à faire des formations ou à faire appel à un coach ? Mais ces idées ne sont-elles pas de bonnes raisons de reculer le moment où vous devrez vraiment vous lancer dans le vif du sujet ? N’est-il pas plus intéressant de solliciter un professionnel à même de vous accompagner sur toute la partie juridique ? Car un juriste ou un avocat, c’est :

  • Une expertise juridique : dès que vous vous lancez en indépendant, l’une des premières questions que vous vous posez est « pour quel statut juridique opter ? » Chaque forme est particulière et a ses spécificités. Et ce sont toutes ces particularités que vous pouvez analyser avec l’aide d’un juriste ou d’un avocat. La matière dans ce domaine est plus que denses et faire appel à un professionnel vous assure une prise de décision éclairée. Un avocat ou un juriste pourra vous guider tout au long d’un parcours qui peut sembler complexe à un non initié.
  • Une aide dans la rédaction des statuts : à partir de moment où vous créez une entreprise, il est question d’un contrat qui stipule l’existence de votre nouvelle structure. Et ce contrat se traduit par la rédaction de statuts, que vous pouvez rédiger seul mais qu’il est pertinent d’écrire à l’aide d’un professionnel. Les statuts sont un point de départ à votre entité, alors mieux vaut leur donner une bonne base, en matière de fond et de forme.
  • Une responsabilité tierce : en vous faisant accompagner d’un professionnel, juriste ou avocat, vous gagnez non seulement de l’aide mais aussi une part de responsabilité. Car le juriste ou l’avocat engagent leur responsabilité en vous accompagnant, ce qui n’est pas négligeable en cas d’erreurs ou de démarche incorrecte.
 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : tyzkiK

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires