Vous êtes ici : Le guide du travailleur indépendant > Créer une Micro-Entreprise > Les 15 étapes d'une création d'auto-entreprise

Les 15 étapes d'une création d'auto-entreprise

Les 15 étapes d'une création d'auto-entreprise

Tout le monde peut créer une auto-entreprise et enregistrer sa structure. Mais il vaut tout de même mieux avoir anticipé les choses et s’être bien préparé si on veut se donner toutes les chances que cette micro-entreprise réussisse. Avez-vous rédigé un business plan ? Êtes-vous au point sur les sujets tels que l’assurance ou les impôts ? Connaissez-vous le parcours à suivre pour vous lancer ? Voici à suivre les différentes étapes pour bien démarrer comme entrepreneur et poser les bonnes bases afin de pouvoir réaliser votre rêve d’entrepreneur.

Étape 1 : Avoir une idée d’entreprise

L'idée, c’est le point de départ entreprise. Posez-vous les questions suivantes, elles vous aideront à trouver une idée : Dans quel domaine êtes-vous bon ? Qu'est-ce qui vous motive ? Si vous n'avez pas encore d'idée, cherchez sur le Web des idées d'entreprises pour vous inspirer.

Étape 2 : Rédiger un business plan

Le business plan, c’est le document essentiel qui va vous guider dans votre activité de micro-entrepreneur. Déterminez vos prix, analysez la concurrence, déterminez vos forces et faiblesses. Vous pouvez trouver facilement en ligne de quoi créer un business plan assez rapidement.

Étape 3 : Trouver un nom et créer un logo

Il est maintenant temps de faire preuve de créativité : pour que vous et votre produit vous démarquiez de la concurrence, il vous faut un nom et un logo pour que l’on puisse reconnaître votre micro-entreprise. Laissez libre cours à vos pensées et soyez créatif. Vous pouvez trouver un nom en faisant du jogging, en méditant, un buvant un verre avec des amis. Et puis utilisez des outils sur le web, capables de générer des noms.

Étape 4 : Déclarer son activité

Avant de lancer officiellement votre propre auto-entreprise, vous devez vous soumettre à toutes les formalités et procédures administratives. Le statut de micro-entreprise qui n’est pas un véritable statut juridique mais plutôt un régime fiscal simplifié réservé aux entrepreneurs ne faisant que peu de chiffre d’affaires, se veut très facile d’accès. Les démarches pour vous enregistrer sont très simples. Une simple déclaration en ligne suffit. Vous avez simplement à communiquer via un formulaire : votre identité, votre adresse – privée et professionnelle s’il y a lieu, votre type d’activité, le choix du régime fiscal et le choix du régime social. Notez-le bien : il s’agit du formulaire de déclaration d’activité également appelé Cerfa P0.

Étape 5 : Se rapprocher de l’organisme correspondant à son activité

En tant que micro-entrepreneur, vous pouvez principalement avoir trois types d’activité : commerciale, artisanale ou libérale.

  • Si votre activité est commerciale, rapprochez-vous de la CCI – Chambre de Commerce et d’Industrie – dont dépend votre siège social.
  • Si votre activité est artisanale ou mixte, rapprochez-vous de la CMA - Chambre des Métiers et de l’Artisanat.
  • Si votre activité est libérale, c’est l’URSSAF l’organisme compétent.

Une fois votre dossier d’enregistrement constitué, il sera donc transmis au Centre de Formation des Entreprises – CFE, dont dépend votre activité.

Étape 6 : Domicilier sa micro-entreprise

Vous créez une entreprise, vous avez donc obligation à la domicilier. Votre micro-entreprise doit avoir une adresse physique à communiquer à votre CFE. Il existe différentes possibilités pour domicilier votre entreprise : ou chez vous ou en faisant appel à une société de domiciliation. Vous pouvez aussi vous renseigner sur les pépinières d’entreprises accessibles près de chez vous, ou encore un incubateur ou un espace de coworking.

Étape 7 : S’immatriculer au RM et RCS pour les artisans et commerçants

Si vous êtes un micro-entrepreneur exerçant une activité artisanale ou commerciale, vous êtes tenu d’effectuer une immatriculation complémentaire.

  • Si vous exercez comme artisan, vous devez transmettre un justificatif de domicile et une déclaration sur l’honneur de non-condamnation au CFE de la CMA dont vous dépendez. L’immatriculation est gratuite. Mais vous devrez régler une taxe qui sera prélevée en même temps que les cotisations sociales que vous paierez mensuellement ou trimestriellement.
  • Si vous vous lancez comme commerçant, vous devez transmettre également un justificatif de domicile et une déclaration sur l’honneur de non-condamnation au CFE de la CCI dont vous dépendez.

Étape 8 : Répondre aux obligations de formation

Vous exercez peut-être une profession réglementées. Certains métiers peuvent s’exercer en micro-entreprise mais uniquement sous réserve d’une qualification, d’un diplôme ou d’une expérience professionnelle. Sont notamment concernés : les métiers de construction, entretien et réparation de bâtiments, les métiers de fabrication de produits frais, les métiers d’entretien et de réparation de véhicules et machines, les métiers de la coiffure et de l’esthétique, les plombiers, électriciens, chauffagistes, climaticiens et installateurs de réseaux d’eau, de gaz et d’électricité, les activités de ramonage, les activités de maréchal-ferrant. Si vous êtes dans l’un de ces cas, vous devez donc joindre à votre déclaration une copie de votre diplôme ou d’un justificatif d’expérience.

Étape 9 : Choisir une assurance professionnelle

La plupart des indépendants se posent des questions sur l'assurance maladie. Il s‘agit d’une obligation pour la majorité des artisans. Cela est davantage facultatif pour les prestataires de services. Que faut-il prendre en compte pour choisir entre telle et telle assurance et quelles sont les assurances complémentaires pertinentes pour les entrepreneurs ? Faites un bilan ! Car avec le statut de la micro-entreprise, votre responsabilité est illimitée. Protégez-vous et protégez votre entreprise. Si vous exercez dans le domaine de la santé, de la construction, du transport, des sports, loisirs et du conseil financier, une RC Pro est obligatoire. Cette responsabilité Civile Professionnelle garantira vos biens en cas de dommages. De la même façon, si vous exercez dans le secteur de la construction, de l’habitat et du BTP, vous êtes tenu de souscrire une assurance décennale qui vous protégera pendant 10 ans après les travaux.

Étape 10 : Ouvrir un compte bancaire

Séparez dès le départ vos dépenses professionnelles et privées - de cette façon, vous garderez une trace de tout et simplifierez toute la comptabilité. Vous n’êtes pas dans l’obligation d’ouvrir un compte bancaire professionnel, simplement un compte bancaire séparé de votre compte privé.

Étape 11 : Créer un site web

Un site web est la clé pour attirer les clients lorsque vous démarrez votre propre entreprise. Regardez sur le Net ce à quoi vous devez faire attention en termes de style, de contenu et d’aspect juridique.

Étape 12 : Commencer à commercialiser

Pour attirer les clients, vous devez promouvoir votre entreprise. Faites de la publicité, placez-vous dans les moteurs de recherche, soyez présent sur les médias sociaux, passez des appels téléphoniques et ainsi de suite. Fraîchement lancé, vous pouvez très bien faire du marketing sur les réseaux sociaux même sans budget.

Étape 13 : Tenir un registre comptable

En tant qu'indépendant, vous avez de nombreuses nouvelles tâches à accomplir, dont la tenue de votre comptabilité. Vous pouvez le faire vous-même à l'aide d'outils ou simplement confier la tâche à un comptable. Même si vous n’avez aucune obligation de produire des comptes annuels et de tenir des livres comptables, vous devez justifier de tous les mouvements relatifs à votre micro-entreprise. En bref, seul l’enregistrement des recettes et achat vous est demandé. À vous d’ouvrir un livre-journal de vos recettes, et si possible la même chose pour vos achats. Ces documents permettent simplement d’identifier les sources des mouvements et les moyens de paiement. Une fois les premières commandes remportées, vous aurez également à rédiger des factures.

Étape 14 : Régler régulièrement ses cotisations

Lorsque vous faites du chiffre d’affaires, vous êtes tenu de le déclarer de façon mensuelle ou trimestrielle – c’est vous qui choisissez. Lorsque votre chiffre d’affaires est nul, vous devez également le spécifier, sous peine de vous voir appliquer des pénalités.

Étape 15 : Respecter certains plafonds de chiffre d’affaires

Le régime de la micro-entreprise est soumis au respect de certains plafonds de chiffres d’affaires et si vous facturez au-delà, vous pourrez être contraint de basculer vers le régime juridique de l’entreprise individuelle et/ou devenir redevable de la TVA. Les plafonds sont de 176 200 euros HT pour les activités d’achat/revente et 72 500 euros HT pour les activités de prestations de service et libérales.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : QErqwC

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires