Vous êtes ici : Le guide du travailleur indépendant > Créer une Micro-Entreprise > 7 raisons de choisir le statut d'auto-entrepreneur ?

7 raisons de choisir le statut d'auto-entrepreneur ?

7 raisons de choisir le statut d'auto-entrepreneur ?

Vous avez bien envie de franchir le pas… Vous voilà avec une idée que vous trouvez porteuse, un enthousiasme débordant et une situation vous permettant de vous lancer. Mais quel statut choisir ? L’auto-entrepreneur a-t-il toujours le vent en poupe ? Quels sont les avantages de créer une microentreprise ? Comment s’y retrouver dans toutes les informations ? Voici 7 raisons de créer votre entreprise sous ce statut un peu particulier.

1 - Une gestion d’entreprise simple

Vous l’avez sans doute déjà entendu dire : le régime des auto-entrepreneurs ou des micro-entrepreneurs est un régime très simplifié. C’est-à-dire que la gestion est limitée au strict minimum. Nul besoin d’une comptabilité très élaborée puisque seuls un livre chronologique des recettes et un registre des achats suffisent. Le régime de l’autoentreprise est peu contraignant et c’est une des raisons pour lesquelles il séduit énormément.

2 - Une création d’entreprise rapide

Créer une microentreprise sous le statut d’auto-entrepreneur se fait en quelques clics, autant dire que c’est une procédure très simple et très rapide. Vous recevez votre numéro SIRET – qui officialise votre activité dans la semaine ou les deux semaines consécutives à votre enregistrement. Il suffit de renseigner ses coordonnées personnelles puis un mot de passe provisoire est envoyé. Il s’agit de le personnaliser pour se créer un compte sur le portail des auto-entrepreneurs. Ensuite, il suffit de remplir le questionnaire de création d’une autoentreprise. Celui-ci n’est pas le même si vous êtes un commerçant, un artisan ou une profession libérale. Depuis janvier 2016, vous pouvez obtenir un numéro de SIRET et votre code APE en remplissant simplement en ligne un formulaire transmis à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat si vous êtes un artisan, à la Chambre de Commerce et d’Industrie si vous exercez une activité commerciale ou l’URSSAF si vous exercez une activité libérale.

3 - La possibilité de varier les activités

En choisissant le statut d’auto-entrepreneur, vous avez la possibilité de cumuler plusieurs activités au sein même d’une microentreprise. Vous ne pouvez cumuler plusieurs autoentreprises mais avez l’opportunité de mêler par exemple graphisme, photographie et toute activité qu’il vous plaît au sein d’une même structure.

4 - Une ouverture peu coûteuse

La création d’une microentreprise est très peu onéreuse. Le faible coût des démarches administratives fait que c’est une solution qui est beaucoup choisie. Car celles-ci sont minimes : elles consistent simplement en l’enregistrement de l’entreprise auprès du CFE (Centre de Formalités des Entreprises) compétent. Pour la majorité des activités, la création d’une microentreprise est gratuite. Que vous vous inscriviez comme commerçant au registre du commerce et des sociétés, comme artisan au répertoire des métiers ou comme profession libérale à l’URSSAF, la création est gratuite. C’est principalement le cas dans la quasi-totalité des cas, mis à part pour les micro-entrepreneurs qui souhaitent exercer l’activité d’agent commercial. Ceux-ci devront débourser 24,71 euros pour s’inscrire au registre spécial des agents commerciaux.

5 - Un statut qui peut se cumuler

Le statut d’auto-entrepreneur est un statut attractif car il peut se cumuler avec d’autres. Que vous soyez étudiant, salarié, demandeur d’emploi, fonctionnaire, retraité voire dirigeant assimilé salarié, vous pouvez par exemple compléter vos revenus en lançant une activité d’auto-entrepreneur en plus de votre situation actuelle. Vous pouvez donc cumuler vos revenus, notamment si vous percevez une allocation chômage ou bien une retraite.

6 - Pas de redevabilité de TVA

C’est l’un des avantages du régime des micro-entrepreneurs : ne pas être assujetti à la TVA. Vous êtes donc potentiellement meilleur marché que certains de vos concurrents. Vous vous évitez une formalité jugée parfois contraignante. Bien évidemment, cette non-redevabilité a lieu lorsque vous restez en-dessous des plafonds établis. Concernant les professions libérales et les artisans, le seuil de franchise de TVA s’élève à 34400 euros HT. Le seuil de tolérance est de 36500 euros HT. Vous pouvez dépasser ces seuils, mais dans ce cas, vous devenez redevable de la TVA. Bien entendu, vous ne devez pas dépasser le chiffre d’affaires annuel de 72 600 euros HT (en 2021). Il est également à noter que l’inconvénient d’être en franchise de TVA est l’impossibilité de récupérer celle-ci lors de vos paiements à vos prestataires ou fournisseurs.

7 - Un taux de prélèvement fiscal et social allégé

Une fois que vous avez déclaré votre chiffre d’affaires, de façon mensuelle ou bien trimestrielle, un abattement forfaitaire peut vous être appliqué : 34% sur les activités non commerciales, 50% sur la prestation de service et 71% sur l’activité d’achat-revente. Si votre chiffre d’affaires déclaré est nul, dans ce cas : point de cotisation sociale.

Afin d’aider au démarrage de l’activité, l’auto-entrepreneur est exonéré de la CFE pour Cotisation Foncière des Entreprises. Dans certaines conditions, celui-ci peut choisir un prélèvement social et fiscal libératoire. C’est-à-dire qu’il règle ses impôts chaque mois ou trimestre de manière forfaitaire. Ainsi, il est plus facile de gérer sa trésorerie. Là encore, pour profiter de cet avantage, le revenu global du foyer fiscal ne doit pas dépasser un certain montant qu’il est important de vérifier auprès de son organisme de référence.

Comme dans toute chose, la médaille a son revers et ce statut d’auto-entrepreneur possède aussi des désavantages. Prenez bien le temps de vous arrêter sur eux aussi avant de prendre votre décision.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : hmNN4e

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires