Vous êtes ici : Le guide du travailleur indépendant > Créer une Micro-Entreprise > Freelance, indépendant, autoentrepreneur : quelles différences ?

Freelance, indépendant, autoentrepreneur : quelles différences ?

Freelance, indépendant, autoentrepreneur : quelles différences ?

Travailler pour soi, ne plus rendre de compte, organiser sa journée comme l’on veut… Tels sont les intérêts d’un travail en indépendant. Freelance, indépendant, autoentrepreneur sont autant de termes que beaucoup ont pour habitude d’utiliser de façon interchangeable. Pourtant, même s’il est fréquent de confondre les trois mots, ils recouvrent chacun des réalités différentes. Quelles sont-elles ?

Qu’est-ce qu’un freelance ?

Le free-lance est un terme d’origine anglaise qui signifie travailleur libre, indépendant. C’est un anglicisme fréquemment utilisé dans la communication, dans le numérique et dans bon nombres d’autres secteurs professionnels, pourtant il n’a aucune valeur juridique. C’est seulement une possibilité parmi d’autres d’exercer une activité de façon autonome. Et cette potentialité séduit de plus en plus de personnes qui recherchent l’indépendance professionnelle. De l’autre côté, de plus en plus d’entreprises cherchent elles à sous-traiter et à faire appel à des travailleurs free-lance. Le free-lance répond donc aux besoins d’une clientèle. Des entreprises externalisent et font appel à lui pour réaliser certaines tâches. Être free-lance signifie travailler de façon autonome, mais pas forcément sous régime de l’autoentreprise.

Qu’est-ce qu’un indépendant ?

Le terme indépendant est en fait l’équivalent français de free-lance. C’est là aussi un des statuts possibles pour travailler à son propre compte. Quand on parle d’indépendant, on parle souvent de personnes qui exercent en libéral. Celles-ci organisent leur journée comme bon leur semble et n’ont pas de lien de subordination. Elles décident d’avec qui elles travaillent. Les travailleurs indépendants peuvent alterner différents types de contrats, notamment des CDD ou autres. Free-lance ou indépendant travaillent dans bon nombre de domaines différents : de l’architecture au contrôle qualité en passant par le bureau d’étude ou le soin, etc. Les professions libérales les plus connues restent celles des avocats, des notaires, des comptables, des journalistes, des interprètes, des traducteurs, etc.

Qu’est-ce qu’un autoentrepreneur ?

Autoentrepreneur, c’est aussi une des façons envisageables d’exercer son métier de façon autonome. Cela n’est pas un statut juridique mais un régime. Être autoentrepreneur, cela signifie être dirigeant de son entreprise individuelle. Cela s’accompagne d’un régime social et fiscal. Une personne ayant choisi le régime d’autoentrepreneur ne paie des charges sociales que sur le chiffre d’affaires réalisé par sa microentreprise.

Quelles différences entre freelance, indépendant et autoentrepreneur ?

L’autoentrepreneur est son propre patron. Le freelance ou l’indépendant travaille pour le compte d’entreprises. Le freelance ou l’indépendant peut être autoentrepreneur mais pas nécessairement. Le freelance ou l’indépendant a plusieurs possibilités : il peut choisir de créer une Entreprise Individuelle (EI), une Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL), une Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) ou encore une Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU). Tout dépend du mode de rémunération, de la protection sociale et du régime fiscal.

Se lancer en tant qu’autoentrepreneur peut paraître plus simple car les démarches sont moindres que pour un free-lance ou un indépendant et présentent des avantages. Mais un des inconvénients reste le chiffre d’affaires plafonné, ce qui peut en toute logique restreindre l’activité. Et puis la TVA sur les achats n’est pas récupérable. Cependant, un micro-entrepreneur peut exercer une activité en plus de son entreprise. Ce qui n’est pas le cas d’un travailleur indépendant ou free-lance. L’autoentrepreneur peut également rendre ses biens fonciers insaisissables, ce qui n’est pas le cas pour le free-lance ou l’indépendant.

Quel statut préférer ?

Le choix doit se faire au cas par cas. L’autoentrepreneur étant limité en chiffre d’affaires car soumis à un plafond, peut-être est-il judicieux de commencer sous le statut d’autoentrepreneur avant de passer en freelance. Les trois possibilités possèdent leurs inconvénients et leurs avantages, à vous de voir ce qui vous correspond le mieux en ce moment. Bien sûr, le moment venu, l’indépendant ou le free-lance doivent anticiper.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : qFqtwd

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires